Menu
Actualités

Rwanda : mort de Théoneste Bagosora, « cerveau » du génocide des Tutsi

Figurant parmi les plus hauts responsables génocidaires condamnés, il purgeait une peine de trente-cinq ans de prison au Mali. Il est mort, samedi, dans un hôpital de Bamako, à l’âge de 80 ans. Né le 16 août 1941 à Gisenyi, ancien séminariste, le colonel Théoneste Bagosora sort de l’Ecole d’officiers de Kigali en 1964 avec le grade de sous-lieutenant. Il est promu colonel de l’armée rwandaise cinq ans plus tard puis mis à la retraite en 1992, mais il conserve son poste de directeur de cabinet du ministre de la défense. Théoneste Bagosora est également membre de l’Akazu, la « petite maison » en kinyarwanda, un cercle composé d’extrémistes hutu regroupant des personnalités politiques et économiques du Rwanda. Le 6 avril 1994, vers 20 h 20, lorsque deux missiles percutent l’avion présidentiel de Juvénal Habyarimana, Théoneste Bagosora est donc le numéro deux de la plus haute autorité militaire du pays et l’un des idéologues du « Hutu Power ».

« Lourd ressentiment »

Cet attentat contre l’avion du président Habyarimana déclenche le génocide. Quelques dizaines de minutes après la mort du président, des Tutsi sont massacrés par les miliciens Interahamwe. Quant aux dirigeants politiques opposés aux extrémistes hutu, ils sont tués à leur domicile par les Forces armées rwandaises (FAR) et la garde présidentielle.

Reconnu coupable par le TPIR

Selon le rapport de la commission d’historiens dirigée par Vincent Duclert, qui a eu accès aux archives de l’Etat français concernant le rôle de la France au Rwanda (1990-1994), le colonel Bagosora s’est efforcé de prendre le pouvoir dans les heures qui ont suivi l’attentat. Mais « malgré l’aura de persuasion du colonel en retraite, les quinze militaires réunis [face à lui] ne s’y résolvent pas, écrivent les historiens. La double consultation de Roméo Dallaire puis du représentant spécial du secrétaire général de Booh-Booh [chef de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR)] pousse dans le même sens : pour les deux hommes, la formation d’un nouveau gouvernement militaire ne serait jamais acceptée par la communauté internationale. »

No Comments

    Leave a Reply

    Résoudre : *
    22 + 2 =


    Fr »
    ×

    Salut !

    Écrivez nous directement sur WhatsApp ou envoyez nous un email à   infos@lettorosine.com

    × Contactez-nous, WhatsApp